L’isolation acoustique est l’un des aspects de l’insonorisation de votre espace ; c’est généralement un élément d’un assemblage de plancher ou de mur conçu pour assurer le confort acoustique des occupants. La gestion de l’acoustique d’un environnement bâti, selon sa définition la plus simple, se fait soit en bloquant soit en absorbant le son (un exemple étant un mur antibruit avec une isolation acoustique à l’intérieur ou un rideau acoustique).

La plupart des plans de conception de maisons et de bâtiments acoustiques comprennent une combinaison des deux pour réduire la transmission du son direct non désiré provenant de la source. Lorsqu’il s’agit de bloquer le son à l’intérieur (nous appellerons également cela de manière interchangeable « isolation acoustique »), les matériaux choisis pour soutenir les objectifs acoustiques importent autant que la conception de l’espace lui-même.

Qu’est-ce que l’isolation acoustique ?

Bien que le terme « blocage » soit le plus couramment utilisé, l’isolation acoustique est la capacité à bloquer la transmission du son d’une pièce ou d’une zone à une autre (entre la source et le récepteur). Elle peut également être nécessaire dans les cas où la pièce se trouve à l’étage ou juste à côté.

Le blocage (isolation acoustique) se produit lorsque le son rebondit sur des matériaux durs et réfléchissants dans un espace, que ce soit au plafond, sur les murs ou les cloisons, sur les fenêtres ou sur le sol.

À l’inverse, l’absorption est ce qui se produit lorsqu’un matériau a la capacité d’absorber et d’amortir le son. Les matériaux plus souples, tels que les tapis, les panneaux de tissu ou les dalles de plafond perforées, sont le plus souvent utilisés à cette fin.

L’approche de conception à envisager pour l’isolation acoustique consiste à séparer (ou découpler) les matériaux d’assemblage pour arrêter le transfert d’énergie sonore. Cette technique d’insonorisation est souvent utilisée pour les murs ou les sols « flottants », mais ne doit pas nécessairement être réalisée par la construction d’une dalle ou d’un mur massif en béton.

Il existe plusieurs types d’isolation acoustique, notamment l’insonorisation de pièce à pièce, le son unidirectionnel, le son aérien vertical et le son d’impact.

Quels sont les matériaux qui peuvent bloquer le son ?

Quel que soit le type de bâtiment et ses besoins et défis uniques, l’acoustique joue un rôle essentiel dans le soutien de la qualité de l’environnement intérieur (IEQ en anglais). L’IEQ est un principe fondamental dans de nombreux programmes de certification volontaires, tels que LEED, le FGI Guidelines Institute (FGI) et la norme de construction WELL. L’acoustique est l’un des éléments qui affectera de manière significative le confort et le bien-être des occupants.

Certains seront peut-être surpris d’apprendre que le son se propage facilement à travers la charpente en bois et la couche de cloisons sèches ou de plaques de plâtre – généralement le plus grand point de connexion entre vous et vos voisins, que ce soit dans une maison ou un bâtiment commercial. Du point de vue de l’acoustique, cela signifie qu’il faut planifier correctement avec les bons assemblages de construction et les bons matériaux d’isolation. Si le meilleur moment pour isoler et insonoriser les murs est celui des nouvelles constructions, il est possible d’ajouter une isolation acoustique aux murs existants sans arracher les cloisons sèches.

Avec une isolation et une masse appropriée, les murs peuvent certainement contribuer à bloquer le bruit. Mais cela ne suffit pas encore. En fait, les bureaux fermés donnent souvent l’illusion d’une vie privée. Même avec une isolation appropriée, le bruit trouvera toujours un chemin à travers d’autres espaces ouverts, moins évidents, appelés chemins de fuite. Par exemple, les systèmes de plafonds auront toujours des fuites de bruit – créées par l’installation d’appareils d’éclairage et de dispositifs de ventilation et de climatisation, entre autres – qui les rendent encore moins efficaces pour bloquer ou isoler le bruit. Comme les dalles de plafond ne sont généralement pas très efficaces pour bloquer le son parce qu’elles n’ont pas une masse suffisante, les dalles insonorisantes sont une meilleure option. Les murs sont également susceptibles d’être flanqués de portes, de fenêtres et d’orifices de sortie qui présentent également des espaces ouverts, ce qui permet la transmission du bruit entre les pièces.

Comme solution d’insonorisation plus complète, nous recommandons la construction de murs sur toute la hauteur ou, à tout le moins, d’assemblages de murs qui peuvent être modifiés avec des barrières de plénum pour offrir des avantages supplémentaires en matière d’insonorisation. D’un point de vue acoustique, les murs pleine hauteur sont l’approche de conception préférée dans presque tous les scénarios. Ils doivent également être utilisés lorsque la conception du bâtiment doit être conforme aux indices de transmission du son (ITS) d’une norme, d’une directive ou d’un système d’évaluation.